Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Montée des mers par dilatation et disparition des côtes

A pression normale, l'eau a une masse volumique de 1 000 kg par mètre cube quand elle est à environ 4°C. Au-dessous de 4°C, l'eau se dilate avec une masse volumique qui est de moins de 920 kg par mètre cube à 0°C quand elle gèle. Au-dessus de 4°C, l'eau se dilate également avec une masse volumique qui tombe à moins de 960 kg par mètre cube juste avant l'ébullition. La masse volumique de l'eau de mer diminuant quand sa température s'élève, une même quantité d'eau de mer occupe un volume plus grand quand sa température s'élève. Même si il n'y avait pas d'apport en eau par la fonte de glaces, le niveau de la mer monterait du fait de sa dilatation par augmentation de sa température, des suites du réchauffement climatique. Les eaux montent d'ailleurs plus par dilatation, que par augmentation de la quantité d'eau des océans du fait de la fonte des glaces : voir les indications du tableau II-1 p.16 du rapport "Le Climat de la France au XXIe siècle" de mars 2015. L'article de A. Fischetti (Charlie Hebdo n°1263 du 5 octobre 2016) évoque les dispositifs de sauvegarde de certaines côtes à enjeu touristique, remèdes qui ne sont pas à la portée de bourse de la première côte maritime venue. On peut aussi se souvenir que l'immigration climatique sera d'une autre ampleur que celle générée par les conflits guerriers ou par les motifs économiques actuels. Pour en avoir une idée, on peut regarder la simulation de la modification des surfaces des pays par effet de la fonte des glaces de la terre.

arnaud delebarre

6 octobre 2016

Note : Dessin illustrant l'article de A. Fischetti (Charlie Hebdo n°1263 du 5 octobre 2016) et diagramme de la masse volumique de l'eau de mer versus température et salinité proposé ici.

Tag(s) : #Changement climatique, #Côte, #Densité, #Dilatation, #Eau, #Mer, #Migrants, #Réfugiés, #Température

Partager cet article

Repost 0