Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les exilés du changement climatique seront-ils des réfugiés ou des migrants ?

Le débat devient sémantique entre "réfugiés" menacés et "migrants" économiques. La distinction réfugiés-migrants permet une générosité pingre et une politique de fermeté des frontières. Elle est cependant floutée car les "réfugiés politiques" peuvent devenir des "accueillis économiques" pour occuper des emplois non pourvus (France) ou devenir pourvoyeur d'une démographie déclinante (Allemagne).

A. Merkel tranche, lorsqu'elle n'est pas affublée de Schäuble pour punir la Grèce : elle propose la générosité. Elle diverge des élites médiatiques et politiques françaises qui s'expriment dans des "On refait le monde" (RTL), "Club de la presse" (Europe 1) ou "Les informés" ( France Info). Ces élites pensent que le peuple français ("les gens" selon C Fourest le 31/8/15) est tétanisé (selon A. Chabot sur Europe1 le 2/9/15) quand ce n'est pas l'Europe qui l'est (L. Salamé du 3/9/15). Des politiques, courageux et prêts, à en croire un premier ministre et un Président qui propose un accueil assez pingre comparé à la population française.

Le président B. Obama a fait un discours le 31 août, émouvant et argumenté, à la conférence GLACIER en Alaska sur le changement climatique. Le changement climatique, c'est ici et maintenant dit-il ("It is happening here, it is happenning now" à 5'40''). Quel débat aurons-nous lorsque des réfugiés climatiques demanderont l'accueil sans motif de réfugié politique, ni de migrant économique, parce que leur région ou pays auront disparu ou seront devenus invivables ?

arnaud delebarre

3 septembre 2015

Tag(s) : #Climat, #Exilés, #Grèce, #Ici et maintenant, #Migrants, #Médias, #Responsabilité, #Réfugiés, #Schauble, #Obama

Partager cet article

Repost 0