Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Traiter les MOOCs de COOMs : le négationnisme après le scepticisme ?

Faire passer les MOOCs pour des COOMs

J'écrivais il y a peu que "le changement climatique a ses sceptiques, les MOOC aussi". Pas un jour sans plusieurs articles et billets continuant à faire passer les MOOCs pour ce qu'ils ne sont pas et en déniant à leurs concepteurs, leurs promoteurs ou leurs utilisateurs, la moindre intelligence. A ce point-là, ce n'est plus du scepticisme mais du négationnisme.

Les divers avatars du négationnisme antiMOOC

Il y a les négationnistes qui prétendent que les MOOCs ne répondent pas à toutes les attentes (sans blague !). Ceux qui disent que ce n'est pas la panacée (Ah bon ?). Ceux qui annoncent que leur modèle financier est stupide (Celui des Universités est meilleur ?). Il y a aussi les jaloux de l'éclairage médiatique actuel sur ces MOOCs qui pestent d'avoir créé des concepts similaires (J'ai eu raison trop tôt !). Une variante de ceux-là sont ceux qui prétendent que les MOOCs sont des avatars d'une autre forme d'enseignement dont ils sont bien entendu les pères ou mères (Rendez-nous la paternité!). Il y a les négationnistes qui disent que cela a déjà existé et que cela ne marchait pas, donc que cela ne marchera pas (le monde pourra-t-il se passer de leur expertise ou de leur paresse-attitude ?). Il y a aussi les négationnistes intégristes qui nient les usages des supports des MOOCs en combinaison avec d'autres formes d'enseignement, pour mieux en critiquer l'usage "sec" (Ne pas lire la notice d'utilisation et les usages potentiels !). Et aussi ceux qui dénoncent un effet de mode après tant d'autres (On en reviendra, c'est moi qui vous le dit).

Le MOOC ou le livre

Si je fais un parallèle entre le support numérique des MOOCs et le support physique écrit dédié à l'enseignement, ces négationnistes prétendent donc que les supports d'un enseignement (livres, fascicules, visuels,...) ne peuvent pas être remplacés par des supports audiovisuels MOOCs. Que ceux-ci ne sont pas suffisants pour un enseignement et donc que les autodidactes et le travail personnel n'ont jamais existé. Que les supports d'un enseignement et le travail personnel ne peuvent pas être complétés par des enseignements en présentiel avec des enseignants. Quant au bilan financier, les coûts de création et les coûts d'exploitation d'un MOOC sont à comparer au coût de création d'un cours et de son exploitation, en tenant compte dans les deux cas des coûts des enseignants. Et pour finir, je citerai O.Toutain dans "De qui se MOOC-t-on ?" : "[...] remettre les MOOC à leur place réelle, celle d'un outil parmi d'autres pouvant, dans certaines conditions didactiques, faciliter l'accès -non l'acquisition (j'ajoute : voire!) - aux connaissances." Cela ne vaut pas la peine de devenir négationniste antiMOOC.

Tag(s) : #MOOC, #Universités, #Education

Partager cet article

Repost 0