Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOOCs de printemps

C'est le printemps et les MOOCs (Massive Open Online Courses) fleurissent. Sur France Université Numérique (FUN), de nombreux cours ont débuté. La France s'éveille avec ses cerisiers, tel celui de Bonnard, et ses quelques MOOCs et leurs apprenants. On s'y inscrit pour construire des projets de MOOCs ou pour participer à des MOOCs pour le plaisir d'apprendre. Cette année, mon choix s'est porté sur deux MOOCs de France Université Numérique : le #MOOCAZ étiqueté ENS Cachan pour découvrir les points clés pour créer des MOOCs; et un MOOC pour le plaisir, le MOOC Troubadours de l'Université de Bordeaux-Montaigne.

Un MOOC pour apprendre à faire un MOOC

Le MOOCAZ pose des questions utiles et titille ses apprenants sur les points critiques de la fabrication de MOOCs, même si il tend parfois à prendre ses apprenants pour des personnes peu réfléchies dans leur projet de MOOC. On ressent un certain dédain avec des informations égrainées peu avant les échéances et des quizz piégeux. La technicité de ce MOOCAZ est soignée avec des supports accessibles et structurés en séquences abordables. La motivation vacille toutefois dans l'équipe de co-inscrits avec, par exemple, les questions de propriété intellectuelle. On croit comprendre l'exception de l'enseignement et les MOOCs. Jusqu'au quizz ! L'étudiant est-il peu performant? L'enseignant et ses supports déficients? Ou la validation inadaptée?

Un MOOC pour le plaisir de se cultiver

Le second, le #MOOCTroubadours est lisible, architecturé et ample dans son déroulé et sa structuration. Une enseignante vous parle des troubadours et de leurs mécènes, au cours d'une classe itinérante dans Bordeaux. Une structure simple en 6 chapitres de 4 parties, chaque chapitre s'achevant sur un quizz qui, pour les réussir, demande d'avoir porté attention aux propos de Katy Bernard.

Les MOOCs : transmission des savoirs et estime des apprenants

J'entendais l'autre jour un intervenant qui prétendait que les MOOCs étaient adaptés aux enseignants "séniors", les MOOCs étant l'occasion de capitaliser des savoirs. Certes ! Mais voir et écouter Katy Bernard évoquer la production des troubadours montre que les MOOCs ne sont pas nécessairement un legs avant la retraite. L'an dernier, le printemps avait été pour moi l'occasion de "réussir" le MOOC en gestion de projet de Centrale Lille pour se former aux nouveaux outils du domaine. Un (plutôt) jeune intervenant captivait l'attention avec un programme actualisé et respectueux de ses apprenants attentifs.

Ces trois MOOCs montrent que les établissements, leurs cellules de Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Enseignement (TICE) et leurs créateurs de MOOCs doivent autant songer à la qualité des contenus qu'à l'estime conférée à l'apprenant pour produire une image positive.

arnaud delebarre

11 avril 2015

Tag(s) : #Culture, #Education, #Enseignants, #FUN, #MOOC, #Qualité

Partager cet article

Repost 0