Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Noms de lieux !

Dans "La forme d'une ville", Julien Gracq moque ces rues de Nantes rebaptisées du nom de notables insignifiants du conseil municipal, qui se sont vus ou que l'on a vus importants, une importance peu pérenne, ni fondée. Gracq écrit qu'il y a peu de villes comme Nantes, où on a autant usé du privilège d'une municipalité, pour "transformer le répertoire des rues en obituaire des édiles défunts ou blackboulés". A Nancy, on trouve une profusion de militaires gradés de la première ou la seconde guerre mondiale, comme si la ville n'était redevable qu'à eux et bien-sûr à son bon Stanislas.

Des noms insupportables ou peu charismatiques

Le lieu-dit "La Mort aux Juifs" dans le Loiret va examiner son changement de nom, même si son origine est attestée et ancienne et sa contestation récente. L'âge n'excuse pas la laideur. Un amphithéâtre de la faculté de droit de Bordeaux porte le nom d'un doyen, dont le comportement pendant la seconde guerre est aujourd'hui critiqué. Les étudiants s'en moquent, dit la presse ! Effectivement, attribuer à un amphithéâtre le nom d'un universitaire ordinaire, collaborateur-pétainiste ou non, semble dérisoire.

La notoriété universitaire est souvent peu rayonnante. Un arrêt de bus nantais s'appelait "Christian Pauc" du nom d'un professeur et d'une rue à son nom. L'arrêt a été récemment renommé "Grandes Ecoles" ! Victime du syndrome nantais, beaucoup d'écoles et d'universités baptisent du nom d'enseignants ayant réussi dans le système universitaire local. Ces noms méconnus parlent peu aux visiteurs de ces lieux. Certains diront que ces universitaires auraient sombré dans un oubli plus profond, sans ces dédicaces.

Des noms glorieux qui deviennent douteux

L'école d'ingénieurs ESIREM baptise astucieusement ses promotions en spécialité Matériaux du nom d’un élément de la classification périodique. La spécialité Infotronique préfère un nom d'une personne célèbre du domaine, comme l'ENA pour ses promotions ! Cette pratique n'est pas sans risque car même des noms réputés, peuvent soudain devenir ceux de personnages discutables. Ainsi, Marco Polo, dont le nom est très utilisé pour nombre de lieux, aurait inventé une partie de ses voyages, comme l'écrit Pierre Bayard dans "Comment parler des lieux où l'on n'a pas été ?". Peut-être des amphithéâtres "Marco Polo" seront bientôt renommés "Pierre Bayard" ?

arnaud delebarre

31 août 2014

Tag(s) : #Société, #Universités, #Ingénieurs, #Innovation, #Gracq

Partager cet article

Repost 0