Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Abdoulaye Wade, Président de la République du Sénégal, faisait parvenir le 11 septembre 2003 "L'Afrique n'est pas une variable d'ajustement" à l'Organisation Mondiale du Commerce qui s'achevait par "... il n'est pas contraire à la raison de partir des économies concrètes et des volontés légitimes individuelles des pays pour tirer profit de toute organisation commune, plutôt que de théorèmes abstraits qui ignorent la réalité".

Gel chez les fonctionnaires

L'Etat français vient de décider de geler (en 2018) la valeur du point d'indice de rémunération des fonctionnaires, quand les dernières revalorisations ont été de 0,5% en juillet 2010; 0,6% en juillet 2016 et 0,6% en février 2017*. Le fonctionnaire comme variable d'ajustement budgétaire est de mise avec toujours le même argument : les avancements "automatiques" permettent aux fonctionnaires d'accroître leurs revenus**. La cour des comptes propose d'ailleurs de geler la progression automatique de carrière (3 milliards d'euros d'économies par an) et de supprimer le supplément familial (1,5 milliard). Pour un Etat amateur de modèles simples et qui compare rarement ses coûts avec ceux du privé (quand il s'agit de diminuer les effectifs de la fonction publique), le fonctionnaire est une variable d'ajustement budgétaire. L'Etat refusant de traiter la question de savoir si un fonctionnaire a un emploi à vie, et de mieux gérer cette ressource, il décide de geler l'indice et imagine que les promotions à l'ancienneté et au mérite ou la garantie de l'emploi à vie suffiront à calmer les récriminations et éviter une jacquerie.

Des fonctionnaires qui pallient un employeur indigent

L'Etat et les adorateurs du gel de l'indice ont cependant tort d'ignorer que les fonctionnaires "encaissent" sans réagir. Les réactions de compensation décrites ci-dessous prouvent une certaine imagination, voire une avance sur leur administration, qui ne sont pas seulement la manifestation d'une paresse. En voici trois exemples-types.

1. L'emploi fictif (le modèle Fillon ?)

Pourquoi n'avoir qu'un emploi de fonctionnaire ? Il suffit d'exercer une autre activité. Je me souviens d'un fonctionnaire des impôts me décrivant un dispositif de présentéisme caractérisé, le matin par le dépôt de lunettes sur son bureau et d'une veste sur le dossier de sa chaise pour attester de sa présence dans les locaux. Pour évidemment se consacrer à une autre activité. Encore faut-il avoir un bureau !

2. La suractivité (le modèle Sarkozy ?)

Une autre parade est de faire valider des heures supplémentaires dont le paiement compensera le gel de la valeur du point d'indice. Par exemple, des enseignants du supérieur sont capables de dédoubler des classes ou de prôner un parcours individualisé réclamant plus d'heures d'enseignement. Et donc, à effectif constant ou eux-aussi gelés, des revenus qui grimpent, à valeur d'indice constant. L'Etat ne les augmentant pas, ils augmentent leurs heures supplémentaires en accord avec leur hiérarchie. On voit aussi par là que des fonctionnaires acceptent de travailler plus pour gagner plus ! Une conséquence est que de petites structures (exemple de petites écoles d'ingénieurs) voient leurs moyens financiers accaparés par ces augmentations de rémunération, et ne peuvent investir sur des projets d'avenir.

3. Le télétravail économe (le modèle Hulot ?)

Le télétravail permet de diminuer des dépenses de déplacement, de nounou,... ou de partager plus efficacement son temps. Cependant certains employeurs de fonctionnaires rechignent à l'utiliser (loin des yeux, loin du coeur ?). Le télétravail qu'il soit librement consenti par l'employeur ou qu'il soit du même ordre que la technique n°1 décrite ci-dessus, est un moyen pour le fonctionnaire soit de diminuer ses dépenses pour travailler, soit de dégager du temps pour un autre emploi.

 

L'Etat, même En Marche, reste (faussement ?) naïf ou froussard. Il évite la discussion du statut du fonctionnaire et à voir que la mobilité des fonctionnaires est mal gérée. Il préfère croire à l'efficacité du gel de l'indice et à l'avancement ou au Glissement Vieillesse Technicité (GVT) pour ne pas trop altérer les revenus des 5,5 millions de fonctionnaires. Que le gel de l'indice lui fasse faire des économies d'ampleur n'est pas avéré. Et la suggestion de A. Wade reste lettre morte.

 

arnaud delebarre

5 juillet 2017

* Le décret du 7 juillet 2010 a fixé à 5556, 35 euros la valeur annuelle du traitement afférent à l'indice 100. Le décret du 25 mai 2016 l'a portée à 5 589,69 euros à compter du 1er juillet 2016 et 5 623,23 euros à compter du 1er février 2017.

** Certains prétendent que les fonctionnaires sont augmentés même avec le gel de l'indice, "l'analyse des syndicats sur la perte de pouvoir d'achat est très ... contestable" tandis que d'autres clament le contraire.

 

Tag(s) : #Ajustement, #Darmanin, #Emploi, #En Marche, #Etat, #Fonctionnaire, #GVT, #Indice, #Télétravail, #Travail, #Variable

Partager cet article

Repost 0