Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'école des Mines de Paris (Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris, maintenant MINES ParisTech) a introduit il y a environ 25 ans un exercice pour la formation de ses élèves-ingénieurs : description de controverses. Le Mastère Ingénierie et Gestion de l'Environnement (IGE) conduit par l'ISIGE et le CSI de la même école, propose à ses étudiants l'exercice "Analyse d'une controverse environnementale". Ces exercices sont d'environ 40 heures de travail par étudiant pendant 4 mois en équipe de 3 à 5. Les rendus évalués sont un site web, un rapport, ou une soutenance orale.

Les compétences acquises par les étudiants

Ces exercices ouvrent les élèves et étudiants à l'incertain de la recherche et du développement scientifique et technique et de la vie des projets, à analyser le complexe dans l'incertain comme le permet une thèse pour un doctorant. Le but est d'apprendre à cartographier des sujets qui sont à la fois l'objet d'une expertise technique poussée et qui sont en même temps devenus des affaires, souvent embrouillées, où se mêlent des questions juridiques, morales, économiques et sociales. Il s'agit aussi pour les apprenants d'apprendre à comprendre les conflits, sans prendre parti, sans chercher à les résoudre, mais d'en faire le panorama et d'analyser les points saillants et de blocage. Ce type d'enseignement développe des aptitudes à l'enquête qualitative et apporte un complément aux capacités de formalisation, de modélisation, d'analyse et de calcul apportées par d'autres cours. Par ailleurs, il permet de prendre conscience des difficultés auxquelles peuvent être confrontés des projets pour ces futurs acteurs ou managers de projets. Les sujets choisis par les élèves-ingénieurs sont très diversifiés (cf. liste des sujets 2016-2017), tandis que l'exercice du Mastère est évidement tourné autour de projets environnementaux (cf. liste des sujets soutenus en 2017).

Transposition de l'exercice pour des étudiants chinois

Cet exercice est également proposé depuis peu aux élèves-ingénieurs de l'école SPEIT (SJTU ParisTech Elite Intitute of Technology) qui ont choisi la filière de l'ingénierie de l'énergie. Ce sont des étudiants chinois inscrits dans une école d'ingénieurs "à la française" au sein de l'université Shanghaï Jiao Tong, et à qui cet exercice est proposé sur des controverses "chinoises" choisies par eux-mêmes. Ces jeunes étudiants optent souvent pour des sujets a priori peu aisés portant par exemple sur le projet de centrale nucléaire EPR de Taïshan ou sur les politiques de soutien de certains territoires de la Chine aux véhicules électriques. Ces jeunes n'ont pas hésité à monter des interviews en évoquant avec leurs interlocuteurs certains aspects contestés de ces sujets relativement controversés. Certains élèves chinois ont été un peu moins enclin à déployer leurs efforts pour cet exercice, sans doute en partie par manque de familiarisation à l'exercice du projet avec une large autonomie vis-à-vis de leurs encadrants, et demandant une bonne prise d'initiative.

Bilan

Les élèves et étudiants qui réalisent cet exercice, en France ou en Chine, en font un bilan positif et témoignent d'un réel plaisir à réaliser cet exercice. Leur liberté de ton et d'arguments détonne parfois par rapport à celle de leurs encadrants académiques ou aux personnels des institutions ou des compagnies qu'ils interrogent et qui ont parfois la parole bridée. En revanche, l'impact de l'exercice sur les qualités ou les compétences des salariés et des citoyens que sont devenus ces étudiants n'a pas été mesuré, si tant est qu'il soit mesurable.

 

arnaud delebarre

5 juin 2017

Tag(s) : #Formation, #Education, #Ingénieurs, #Ecole, #Environnement, #SPEIT, #Shanghaï, #Université, #Controverse, #MINES ParisTech

Partager cet article

Repost 0