Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fatiha Boudjahlat a publié sur Facebook le 19 avril 2017 ce post qu'elle qualifie de personnel et d'inutile. Il prolonge la réflexion qu'avoir ou élever des enfants en France est une activité parfois réservée aux revenus suffisants. Il alimente la réflexion du billet du 15 avril 2017 de ce blog qui exposait comment l'Etat français et des institutions organisent, ordonnent et effectuent des saisies d'enfants dans les foyers modestes avec des conséquences tragiques pour les parents et les enfants. F. Boudjahlat résume "Dans les faits, les riches pourront avoir un gosse et pas les pauvres. Le Droit à l'enfant n'existe pas, sauf pour ceux qui en ont les moyens". Des commentaires et réponses suivent le post de Fatiha Boudjahlat, ici*.

"On aime tous taper sur ce vieux schnock de Pierre Bergé. Oui, philosophiquement , politiquement, intellectuellement , éthiquement je suis contre la GPA. Mais rien que pour ma pomme, si j'oublie deux minutes l'intérêt général au profit du mien, et bien après l'échec de mes 5 fiv, si j'avais eu le fric, je pense que j'aurais filé au Canada pour profiter d'une GPA. Mais j'ai pas le fric, Alors je vais rester sur les valeurs et etre contre la GPA. Des fois, l'intérêt général entre en collision avec son envie. Un caprice... Dans les faits, les riches pourront avoir un gosse et pas les pauvres. Le droit à l'enfant n'existe pas, sauf pour ceux qui en ont les moyens...c'est insoluble. Je veux juste dire qu'interdire la GPA revient dans les faits à l'interdire aux gens qui n'ont pas les moyens d'aller à l'étranger. Et pourtant il faut l'interdire. Il est facile d'adopter une position intellectuelle quand on n'est pas concernées, et qu'il est juste impossible d'interdire la GPA aux gens qui ont de l'argent, et la cour européenne, avec raison, a contraint la France à reconnaître les enfants nés de GPA. L'intérêt de l'enfant prévaut. Alors c'est insoluble."

arnaud delebarre

20 avril 2017

* Parmi plus de 60 commentaires ce 20 avril celui de Larunet Cihlky : "Il y a d'autres façons de voir les choses. Sachez juste qu'il existe un réseau de femmes VOLONTAIRES qui prêtent leur ventre à des couples ne pouvant avoir d'enfant SANS CONTRE PARTIE financière. Seuls les soins médicaux sont pirs en charge. Ça existe. Qu'il y ait des abus bien évidemment. Il y en a aussi pour les adoptions. Et si ce sont les différences de moyens qui influent votre position, sachez qu'il y a des gens qui ne peuvent se payer un ordinateur, de quoi manger ou même de vêtir ou se chauffer. Vous devriez donc vivre à poil dans une forêt car les moyens qui sont les vôtres créent trop d'avantages économiques par rapport à ceux qui ne peuvent rien se payer...."

* Réponse à ce commentaire de Marie Ibn Arabi : "Comme les voilées qui se bâchent volontairement ? On s'en fout que ce soit volontaire ou pas. On se doute bien que ces femmes ne sont pas violées pour être mises enceintes. La question se pose sur l'idée -même de la mise à disposition d'un utérus comme s'il s'agissait d'un bidon d'huile !"
* Réponse à la réponse de Marie Ibn Arabi par Larunet Cihlky : "Ces reseaux sont encadrés par des médecins et sont situés dans des pays comme l'Angleterre, la Hollande, le Danemark. Je ne parle pas de pays lointains et les medecins en question sont des medecins de renomnet ultra compétents. Mais je vous pose la question Marie Ibn Arabi. Quel rapport avec le voile? Si une femme qui a déjà eu des enfants souhaite faire ce cadeau à un couple qui ne peut pas en avoir, SANS COMPENSATION FINANCIÈRE, n'est-ce pas son droit de disposer de son corps et de son utérus comme bon lui semble? Ou allez vous lui interdire de le faire sous le fallacieux prétexte qu'elle envoie ainsi un message politico-religieux disant qu'elle est inférieure à un homme comme le dirait allah dans le coran?"

Tag(s) : #ASE, #Droit, #Enfant, #Etat, #Lunéville, #Nancy, #Pauvres, #Placement d'enfant, #REALISE, #SAEMO

Partager cet article

Repost 0