Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vendetta à l'université de Lorraine

Le tribunal administratif de Nancy a décidé le 21 février 2017 que l'université de Lorraine devait respecter le contrat de travail qu'elle avait prolongé et verser le salaire qui y était prévu* à son ancien salarié en contrat à durée déterminée qui y exerçait la direction de sa composante, l'école d'ingénieurs nommée Ecole Supérieure des Sciences et Technologies de l'Ingénieur de Nancy (ESSTIN). Le contrat de travail objet du litige était pourtant d'une facture des plus ordinaires, telle que le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche (ESR) en rédigeait fréquemment pour toutes ses universités (avant la loi d'autonomie) à l'occasion du détachement d'individus vers elles. Il est possible que l'insistance de l'ESSTIN à ne pas se laisser dépouiller de certains de ses crédits par l'université, ait pu motiver une rétorsion comme la rétention du salaire du directeur. Toutefois, même si le texte du contrat est bref et facile à lire et à comprendre, il est tout autant possible que la bonne gestion et le respect de l'engagement soient deux principes qui ne prévalent pas à l'université de Lorraine.

Une gestion qui coûte cher à l'université de Lorraine

En effet, le président de cette université, l'inénarrable P. Mutzenhardt et sa servile direction des ressources humaines, ont difficilement argumenté auprès de la justice, une cause, il est vrai peu défendable. Ce qui a fait dire par la rapporteure publique en audience du 24 janvier 2017 du tribunal administratif de Nancy, plusieurs fois le mot "curieusement" à propos des arguments et des décisions de l'université de Lorraine. Audience à laquelle ne s'est pas rendue l'université de Lorraine, sans doute pour économiser le temps de ses employés ou de son président. Le président et ses directions peuvent prolonger en appel leur vendetta qui a déjà coûté plus cher à l'université en temps passé, que le salaire qu'elle retient, prouvant sa qualité de gestion. A la date de rédaction de ce billet, l'université de Lorraine n'a pas réglé de plein gré ou sous contrainte ce que la justice lui a ordonné de payer. La vengeance personnelle d'un président vaut-elle les dépenses en temps et en deniers de l'université ?

L'université de Lorraine veut-elle dissuader les recrutements externes ?

Cette université devrait aussi mesurer l'effet dissuasif de ses décisions approximatives. D'une part, les futurs contractants avec elle devront s'entourer d'aide juridique pour établir ou faire respecter leur contrat*. Et d'autre part, les pratiques de l'université de Lorraine constituent un repoussoir pour de futurs candidats à l'exercice de missions en son sein, ce qui renforcera la consanguinité du personnel mais vraisemblablement pas la diversité des compétences, ni la progression de cet établissement. On ne s'étonnera donc pas que malgré la fusion de quatre universités pour former l'université de Lorraine, cet établissement plafonne dans les classements internationaux.

arnaud delebarre

26 février 2017

*Mon mandat de directeur étant venu à terme le 31 août 2013 et n'ayant pas été renouvelé (rétrospectivement, vu le non-respect du contrat, ce non-renouvellement est heureux !), j'ai également pu mesurer l'absence de soutien du président du conseil de l'ESSTIN de l'époque M. G. Blaison, et de quelques représentants du personnel qui ne renforcent pas l'attractivité de l'université et de ses composantes. J'ai aussi pu mesurer l'inefficacité du dispositif de médiation du ministère de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur et de la recherche qui ajoute ses délais d'intervention à ceux de la justice administrative, tout en laissant la partie adverse arguer de délais dépassés du fait de la médiation. Compter trois ans pour une décision, sachant qu'à la date de ce billet, l'université de Lorraine n'a pas réglé ce que la justice lui a ordonné de payer.

Tag(s) : #Blaison, #Enseignants, #ESSTIN, #Gestion, #Lorraine, #Mutzenhardt, #Ressources Humaines, #Shanghaï, #Université

Partager cet article

Repost 0