Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aide Sociale à l'Enfance de Lunéville, danger ! 

Une mère célibataire du Lunévillois (Meurthe-et-Moselle) dont ce blog a déjà évoqué les vicissitudes, vient de se faire retirer deux de ses enfants âgés de 10 et 12 ans qui ont été placés en foyer. La mère et le frère aîné majeur de ces deux enfants ne savent pas qui a décidé ce placement. Sur instruction d'un juge pour enfants de Nancy et/ou de l'Aide Sociale à l'Enfance (ASE) de Lunéville et/ou de l'association REALISE ? La mère et le frère aîné majeur de ces deux enfants ne connaissent pas non plus les raisons ayant prévalu à ce placement. En revanche, ils connaissaient bien le harcèlement de l'éducatrice M. B. officiant à Lunéville, qui a apparemment décidé de faire payer à la famille, sa propre incapacité à faire assumer au père des enfants le rôle de père. Le casting voulu par cette éducatrice n'ayant pas fonctionné, elle semble avoir préféré la liquidation de la famille de cette mère célibataire et ses trois enfants et à le lui faire payer par la souffrance d'une séparation.

Asservissement et contrôle des pauvres

Quand vous êtes pauvres et vivez de minima sociaux et d'allocations familiales, de multiples donneurs de leçons et gardes-chiourme se mêlent de votre vie. La docilité est de mise. Par exemple, vos dépenses peuvent être contrôlées par l'UDAF, et des politiciens patentés rivalisent de mesures de contrôle des dépenses et des comptes en banque des pauvres, quand certains députés ou candidats à la présidentielle montrent pourtant une certaine légèreté dans l'usage de l'argent. Mais au-delà de l'argent il existe encore d'autres moyens de coercition comme le placement d'enfants.

Placements abusifs

Les placements abusifs dans leurs procédures de décision et de mise en oeuvre, autant que dans leurs motifs, quand ils sont explicités, sont nombreux en France. Violette Justice dénonce la maltraitance institutionnelle, ses mécanismes et les intérêts financiers en jeu dans un article de juin 2015. Le commentaire de 2016 qui a suivi l'édition de cet article prouve la grande naïveté de certains. En effet, on ne peut exclure que des institutions gérées par des associations dotées par des instances régionales ou nationales en fonction d'effectifs accueillis puissent tout à fait avoir intérêt à ce que les placements augmentent. L'AFPSSU (Association Française de Promotion de la Santé dans l'environnement Scolaire et Universitaire) prétend que, en France chaque année, on retire 136 000 enfants à leurs parents et que 68 000 placements ne sont pas motivés. L'éducatrice M.B. de l'ASE de Lunéville est-elle gratifiée de commissions en fonction de ses placements réussis ?

Il faut sauver Jérémie, ses frères et leur mère de l'emprise de l'ASE de Lunéville

Les médias comme l'Est Républicain n'ont guère été réceptifs jusqu'à présent aux déboires de cette femme et de cette famille. Si vous souhaitez apporter un soutien moral à la mère, Carine, ou à Jérémie, le frère ainé des deux garçons placés depuis le 2 février 2017, vous pouvez le faire en commentant cet article ou par message à l'auteur de ce blog qui transmettra. Si vous savez comment faire cesser efficacement un placement abusif d'enfants, vous pouvez aussi vous manifester ici.

arnaud delebarre

4 février 2017

Tag(s) : #Société, #REALISE, #ASE, #AFPSSU, #Jérémie, #Placement d'enfant, #UDAF, #Lunéville, #Pauvres

Partager cet article

Repost 0