Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il fut un temps où des diplômés ingénieurs enchaînait par un doctorat pour éviter d'avoir à affronter un marché de l'emploi déprimé, quand bien même les entreprises reprochent parfois aux BAC+8 d'avoir eu peur de se lancer dans la vie active avec leur BAC+5. Fin novembre 2016, les inscrits à Pôle emploi de la catégorie A, compte tenu des variations saisonnières et du nombre de jours ouvrés, étaient en baisse à 3 447 000 (demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi)*. Selon certains, si la catégorie A a baissé, c'est que celle des demandeurs d'emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi notamment en raison de formation (catégorie D), a allégé la catégorie A à la suite de formations pour les chômeurs. Les tenants de cette hypothèse n'argumentent cependant guère, soit en tentant de savoir si les plans de formation ont eu comme objectif de transformer des chercheurs d'emplois en apprenants, soit en enquêtant sur les flux de la catégorie A vers la D**.

Effectifs des catégories A et D des demandeurs d'emploi

Quelle est l'ampleur de la perméabilité, recherchée ou non, entre catégories A et D de demandeurs d'emploi ? Si le subterfuge est avéré, la somme des effectifs des catégories A et D devrait demeurer relativement constante, toute chose étant égale par ailleurs. Le reportage semblait partir des résultats de novembre 2016 et remonter à décembre ou novembre 2015 dans ses conclusions. Les cinq catégories (A+B+C+D+E) de demandeurs d'emploi répertoriées par Pôle emploi représentaient 6 176 800 individus en décembre 2015 et 6 238 400 en novembre 2016, soit 1 % de plus. Les effectifs de la catégorie A sont de 3 447 000 en novembre 2016, contre 3 580 500 en décembre 2015 ; ceux de la catégorie D sont environ dix fois moindre : 338 300 en novembre 2016, en hausse de 64 100 par rapport aux 274 200 en décembre 2015. La somme des effectifs des catégories A et D passe de 3 854 700 en décembre 2015 à 3 785 300en novembre 2016, soit 1 % de plus. Les effectifs de la catégorie A sont de 3 447 000 en novembre 2016, contre 3 580 500 en décembre 2015 ; ceux de la catégorie D sont environ dix fois moindre : 338 300 en novembre 2016, en hausse de 64 100 par rapport aux 274 200 en décembre 2015. La somme des effectifs des catégories A et D passe de 3 854 700 en décembre 2015 à 3 785 300 en novembre 2016, donc en baisse de 69 400 (-1,8 %). Dans le même temps, les effectifs de A baissent de 133 500 individus, soit -3,7 %, tandis que ceux de D augmentent de 23,4 %. France Info laisse entendre que 64 100 (hausse de D) participent notablement des 133 500 de la baisse de A (ne laissant que 69 400 individus ayant réellement trouvé un emploi ?).

 Flux entre catégories de chômage et avec l'extérieur

Comme dans les problèmes de baignoire, il y a les inventaires (ce que contient la baignoire) et les débits d'entrée ou sortie. Des flux importants n'impliquent pas de grands contenus ou de grandes variations du contenu. Les flux entre catégories de demandeurs d'emploi peuvent exister, dans les deux sens, et chacune peut échanger avec l'extérieur. Par exemple, les effectifs de la catégorie A augmentent avec l'inscription de personnes en recherche d'emploi venant du marché du travail, diminuent quand certains (re)trouvent un emploi, diminuent quand d'autres passent à temps partiel (catégories B et C), diminuent quand ils se forment (catégorie D). Mais les effectifs de A grossissent quand la formation est achevée et que le retour à l'emploi n'a pas lieu. Ils augmentent aussi en fin de contrat aidé (Catégorie E) dont le titulaire ne trouve pas d'emploi et passe en catégorie A. Pôle emploi cite le Ministère du Travail qui indique le 20 octobre 2016 que depuis le 1er janvier 2016, 740 000 chômeurs auraient été formés dans le cadre du plan 500 000 formations supplémentaires. La même déclaration affirme que 450 000 de ces formations sur 740 000 sont en cours ou achevées. A l'instant présent ou à fin novembre 2016, ces 450 000 sont donc ou : (i) hors des cinq catégories si ils ont un emploi, (ii) en catégorie A si ils ont achevé la formation mais n'ont pas d'emploi ni d'autre formation, en catégorie B ou C en cas de temps partiel et de recherche d'emploi, ou (iii) dans la catégorie D. Sans oublier les radiations. Les effectifs de la catégorie D qui passent de 274 200 à 324 700 individus, soit +50 500 entre fin décembre 2015 et fin septembre 2016 ne viennent pas nécessairement de la A passée dans le même temps de 3 580 500 à 3 490 500, soit -90 000 individus.

France Info ou d'autres pourraient enquêter sur les transferts d'individus entre catégories (non trouvés sur l'INSEE) ou tracer des demandeurs d'emploi pour mesurer les échanges entre l'une et l'autre, ou avec l'extérieur. On peut aussi améliorer les outils statistiques pour étayer ou dissiper des thèses. Et commencer par bien prononcer le mot "emploi" quand on est un politique concerné par ce thème.

arnaud delebarre

15 janvier 2017

* La publication des effectifs de demandeurs d'emploi inscrits se fait selon les catégories statistiques suivantes :

- catégorie A : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, sans emploi ;

- catégorie B : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;

- catégorie C : demandeurs d'emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi, ayant exercé une activité réduite longue (i.e. plus de 78 heures au cours du mois) ;

- catégorie D : demandeurs d'emploi non tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi (en raison d'un stage, d'une formation, d'une maladie…), y compris les demandeurs d'emploi en convention de reclassement personnalisé (CRP), en contrat de transition professionnelle (CTP), sans emploi et en contrat de sécurisation professionnelle ;

- catégorie E : demandeurs d'emploi non tenus de faire de actes positifs de recherche d'emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés).

 

** En effet, de A vers D, on a un demandeur d'emploi qui se forme et sort de la catégorie A pour devenir apprenant sans emploi; tandis que de D vers A, un chômeur ayant fini une formation et devient demandeur d'emploi. 

Tag(s) : #Société, #Education, #Formation, #Emploi, #Chômage, #Catégorie A, #Travail, #Pôle Emploi

Partager cet article

Repost 0