Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La droite veut souvent décider pour le peuple et l'éduquer. Pour qu'il soit convenable. Pas seulement sur les questions de santé avec un arsenal de lois sur les conduites dites répréhensibles. Le convenable pour la droite française, c'est gagner l'argent par le travail et rembourser ses dettes. Cette vision alimente la plupart des propositions de droite depuis des lustres et les programmes présents des candidats aux primaires. Des programmes sans projets mais avec des mesures anti-rentes.

Rente n°1 : revenu universel

C. Romain relaie sur Facebook un article paru le 5 novembre dans L'OBS, "Le revenu universel nous libérera des liens de subordination". Et commente doctement "Argumentation paradoxale. Être payé à ne rien faire par la collectivité, c'est échapper à la subordination... Je suppose que ça développe le sens de l'autonomie et celui de la responsabilité [...]". Plus tard, A. Juppé fait une déclaration étonnante en sortant du Prisunic, puisqu'il assène: "J'y serai favorable après mûre réflexion". Il aurait donc décidé positivement en faveur du revenu universel, avant même d'avoir réfléchi. Au-delà de ses dernières phrases accusant une certaine fatigue de fin de campagne ou un staff sans imagination, on voit que les pauvres ne doivent pas pouvoir ne pas travailler et s'en sortir avec la conscience tranquille ni convenablement.

Rente(s) n°2 : ARS et RSA

Le député UMP Edouard Courtial veut une loi visant à verser l'allocation de rentrée scolaire (ARS) en bons d'achat, et non plus en argent. Voilà une proposition bien sentie : une allocation de rentrée scolaire c'est pour la rentrée scolaire et il faudra le prouver. Le Maire voudrait contrôler comment les pauvres dépensent leur revenu de solidarité active (RSA) ? Des UDAF (Union Départementale des Associations Familiales) contrôlent déjà les dépenses des allocations familiales en distillant l'argent des allocataires. Pourquoi pas le revenu universel avec liste de courses imposées en bons d'achat !

Rente n°3 : le fonctionnariat

Le fonctionnariat représente deux rentes : le temps (insuffisant) de travail des fonctionnaires et le nombre (excessif) des fonctionnaires. Souvent la discussion a porté sur le temps de travail que la droite aime confondre avec un pointage au bureau ou face à des élèves (cf. N. Sarkozy). Ici des chercheurs qui seraient lassés de chercher et qui se défendent mal (se trompant sur la critique formulée par une journaliste), ailleurs une situation italienne avec trop de fonctionnaires qui font du surf et aussi le rapport Laurent de mai 2016). Mieux vaut un fonctionnaire sur son lieu de travail qui ne fait rien. Mais la grande affaire est le nombre de fonctionnaires et sa réduction, comme le tance F. Cheymol sur FB, qui est toutefois incapable d'expliquer quels services diminuer ou améliorer par suppression ou privatisation et quels gains en retirer pour désendetter la France. Le programme des 7 prétendants à la primaire de la droite prévoit une diminution du nombre de fonctionnaires avec des gains très variables. Ce qui donne une idée de la qualité du chiffrage et de leur efficacité.

Rente n°4 : la retraite (âge et montant)

A. Juppé assez jusqu'au-boutiste sur la question de la retraite n'ose pas dire que repousser la retraite repose aussi sur le calcul que les chômeurs en fin de droit coûteront moins cher à attendre leurs petites retraites quelques années jusqu'à 65 ans au RSA, plutôt qu'en touchant plus tôt une maigre retraite. Des Fillon et NKM voudrait adapter la valeur du point retraite pour équilibrer les comptes.

Bref rien que du convenable pour le peuple français !

 

arnaud delebarre

20 novembre 2016

Tag(s) : #ARS, Droite, Fonctionnaire, Humeur, Pauvres, Peuple, Rente, Revenu universel, RSA, Société, UDAF,

Partager cet article

Repost 0