Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

François, Bachar, Dilma et les autres

Le prénom. François, Bachar, Dilma : l'usage des noms ou prénoms varie selon le respect, l'allégeance, le dédain ou le mépris. Des médias et politiques utilisent "François" pour désigner le chef d'Etat du Vatican (cf parmi tant d'autres, L'Esprit Public), tandis que dans la même émission, un intervenant prénommé François (ce François n'étant chef d'Etat), y va de son "Bachar" pour le président syrien, imitant un certain Laurent, (ex)ministre français. Le journal de 13h00 du 17 avril 2016 de France Inter fait appel à un intervenant du CNRS, ici nommé Sébastien pour respecter ses usages d'expression, qui évoque plusieurs fois la destitution probable de "Dilma" au Brésil.

Le prénom suivi du nom. En revanche, médias et politiques s'autorisent rarement "Barack" pour le président des USA et "Angela" pour la chancelière d'Allemagne. Pour le président Vladimir Poutine, on a parfois prénom et nom versus Poutine seul, selon l'ambiance et l'adhésion ou non aux croisades occidentales. Le Président de la Banque Centrale Européenne, Mario Draghi, est peu désigné par "Mario" tant on a besoin de lui pour l'économie, mais il est parfois affublé de "Super Mario".

Le nom. La familiarité de l'usage du prénom est-elle dictée par la hiérarchie des Produits Intérieurs Bruts ? David Cameron n'est guère dénommé "David", surtout depuis que le Royaume-Uni a dépassé la France par le PIB; mais parfois "Cameron" depuis ses démêlés du Panama Papers. Notons que le Brésil a un PIB derrière celui de la France, et que celui de la Russie est un peu plus loin. Mais celui du Vatican n'est pas en tête de liste. De plus, paradoxalement pour Yanis Varoufakis venant de Grèce à l'économie défaillante, pas de "Yanis", mais parfois un "Varoufakis" simplificateur ! Alexis Tsipras, premier ministre de ce pays méprisé par des Wolfgang ou Jeroen ou Michel, a un nom qui engendre parfois quelques balbutiements sur le premier "s" (e.g. Tispras pour Tsipras), et génère aussi, comme son ex-ministre des finances, un déplacement vers son nom seul plutôt que son prénom seul.

C'est à ne rien comprendre de l'usage poli ou adulateur ou dédaigneux des prénoms et noms !

arnaud delebarre

17 avril 2016

Tag(s) : #François, #Dilma, #Pape, #Prénom, #Sapin, #Dijsselbloem, #Schauble, #Familiarité, #Velut

Partager cet article

Repost 0