Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Meurthe-et-Moselle : faveurs sexuelles exigées contre allocations familiales

Ce billet prolonge le récit d'une mère célibataire soumise au harcèlement et relate de l'attribution de droits sociaux à sa soumission sexuelle. M. Touraine a été qualifiée de courageuse par certains (On refait le monde du 17/12/15) pour avoir résisté aux médecins ou pratiquer la discrimination par l'argent : elle augmente le prix du tabac impactant les pauvres, quand les classes aisées sont libres de se nuire à elle-même. L'Etat alimente le despotisme démocratique avec des lois sur les sodas, les mannequins trop maigres, la régulation de l’expression et s'acharne particulièrement sur ses pauvres. Mais il y a plus que la loi : le chantage sexuel à l'aide sociale.

L'Etat français et le chantage sur internet

Les travailleurs modestes peuvent calculer sur internet leur droit à la prime d'activité. Pourvu qu'ils aient internet ! A moins que la précarité internet soit un moyen de moins verser ces primes. Beaucoup de droits sociaux s'acquièrent ou se règlent par internet. Toutefois la Caisse d'Allocations Familiales de Meurthe-et-Moselle sait panacher l'usage d'internet avec celui des courriers en fonction du but recherché. Ainsi la mère célibataire qui ne possède ni ordinateur, ni internet à son domicile se voit prier de déclarer ses revenus par internet mais est sommée de le faire par courrier quand la CAF le décide. Pour obtenir ses allocations, une femme doit ainsi répondre en direct aux questionnements sur sa vie conjugale à des individus qui se targuent de valider le versement des allocations. Etre mère célibataire c'est devoir répondre à des travailleurs sociaux, des juges ou des forces de l'ordre sur votre vie sentimentale : vous vivez seule ? Pourquoi ? Comment cela se fait-il ? Une femme comme vous ?

Des agents qui attribuent les aides sociales en échange de faveurs sexuelles

Une mère de famille du Lunévillois, adolescente meurtrie par le viol par un médecin au cours d'une hospitalisation à Nancy, séduisante, connaît les dragues régulières non dissimulées des forces de l'ordre pour ne pas se faire retirer ou se faire remettre son permis de conduire (voir article précédent) ou des verbalisations sévères. Depuis peu, la Caisse d'Allocation Familiale et quelques uns de ses intermédiaires dont certains se targuent de représenter le Conseil Général du 54, exercent des pressions en usant de ses coordonnées téléphoniques personnelles qu'ils obtiennent pour traiter le dossier de ses allocations, et mettre en balance la validation des prestations familiales auxquelles elle a droit, avec des réponses favorables à leur harcèlement sexuel. Il y a presqu'un an je signalais, notamment, à l'Est Républicain ce harcèlement : en 54, des femmes sont victimes du chantage : "tu couches pour toucher tes allocations ou pour garder ton permis".

arnaud delebarre

23 mars 2016

Tag(s) : #Dignité, #Egalité des chances, #Femmes, #Harcèlement, #Humeur, #Justice, #Lunéville, #Nancy, #Société

Partager cet article

Repost 0