Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Doctorat et emploi : pourquoi former et pourquoi se former ?

Standardiser les doctorats

Le gouvernement français aurait la double volonté de valoriser le diplôme de docteur, et d’en élargir l’accès à un plus grand nombre. Valoriser, c'est-à-dire, voir plus d'employeurs, publics ou privés, recruter ces diplômés par des incitations. Elargir l'accès, comme proposer plus de conventions industrielles de formation par la recherche (Cifre) ou ouvrir l'obtention du doctorat à la validation des acquis de l’expérience (VAE). A cette occasion, l'Etat français veut, pour le bien de tous évidemment, limiter la durée à 3 ans et un financement avéré pour toute thèse. Deux idées fraîchement accueillies par les doctorants comme L. Fouillou et P. Citron qui dénoncent une standardisation préjudiciable à la créativité, et à la liberté de [...] construire des sujets singuliers, [...] déconnectés d’objectifs de valorisation économique.

Les compétences des docteurs mal connues ou sous-estimées par les employeurs potentiels

D. Abiker dialogue avec B. Perucca, directrice de la communication du CNRS et avec A. Artaud, champion national du concours "Ma thèse en 180 secondes" (MT180). A la question d'attirer plus d'étudiants vers les études doctorales, la représentante du CNRS répond que le "doctorat n'est pas assez un sésame". Les entreprises françaises ciblent peu les BAC+8 même si les choses changent, surtout pour celles misant sur les compétences acquises du docteur, et non sur la spécialisation de sa thèse. Même si les entreprises confient aussi leur R&D à d'autres diplômés que les docteurs, les entreprises leur voient d'autres qualités et les emploient hors R&D. Récemment, B. Floc'h faisait un point auprès d'entreprises et de docteurs, dans un article qui a eu une centaine de commentaires, et pas seulement pour son titre confondant doctorants et docteurs. Certaines entreprises déclarent que les docteurs "savent résoudre des problèmes complexes et mal posés", quand d'autres recrutent des docteurs pour l'effet d'aubaine du Crédit Impôt Recherche !

Les docteurs veulent-ils travailler dans les entreprises ?

Les doctorants et docteurs seraient mal équipés pour être recrutés, indique l'article de B. Floc'h, qui montre aussi que les docteurs ne sont guère motivés par le travail en entreprise, préférant la carrière de chercheurs dans le public, qui a peu de postes à proposer, comme le constate une lauréate de "Ma Thèse en 180 secondes". Mais doctorants et docteurs ont maintenant une foire, qui malgré, ou avec son nom ridicule, la PhDTalent Career Fair 2015, va certainement vaincre les réticences des uns et des autres. A l'occasion de cette foire, il a en effet été révélé que 79% des docteurs d'Ile de France diplômés en 2014 auraient trouvé du travail au printemps 2015.

Pourquoi former et pourquoi se former ?

Le classement des meilleures employabilités selon Times Higher Education (Employability: which university is doing the best by its students?) et l'émergence de plus en plus de MOOC où l'on peut se former pour le plaisir ou la curiosité, rappellent que l'on peut s'instruire pour divers motifs. Au delà de ces employeurs potentiels et docteurs qui, en France, se boudent les uns les autres, la question se pose également de savoir si une formation doit être tournée vers l'employabilité de ses diplômés par le monde économique, ou bien, à l'aube de la disparition d'une partie du salariat et de l'apparition du revenu universel, avoir comme objectif de former des citoyens éclairés.

arnaud delebarre

20 novembre 2015

Tag(s) : #CNRS, #Doctorat, #Emploi, #Entreprise, #MOOC, #MT180, #PhD, #Revenu universel, #Classement, #Ressources Humaines

Partager cet article

Repost 0