Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liberté de choisir ses études : vive l'UNEF !

Débat le 22 septembre entre B. Sire, pdt d'Université, W. Martinet, pdt de l'Union Nationale des Etudiants de France (UNEF), C. Bargues, prof. de droit et C. Lage, secrétaire général du syndicat national de l'enseignement technique action autonome sur le thème "L'université doit-elle sélectionner davantage" ?

Le débat débute par le constat du grand écart entre moyens des universités en baisse et populations croissantes d'étudiants. On entend pêle-mêle : il y a des étudiants qui ne devraient pas être là; les études à l'université sont longues et difficiles; l'université n'est pas la variable d'ajustement; les bacheliers professionnels ne doivent pas se leurrer sur leurs capacités. On bénit la sélection pour l'aura qu'elle génère et la sélection qu'elle entretient et on revendique l'homogénéisation des niveaux au sein d'une formation. On ne peut pas mettre les compteurs à zéro dans un parcours et une vie scolaire. On entend que "éducation pour tous" n'est pas "université pour tous" et que les universités auraient un "devoir de recherche"* qui demande les meilleurs éléments pour exercer ce "devoir". C'est assez amusant d'entendre ces gémissements universitaires contre l'accès à tous quand l'université n'a cessé de pratiquer une hégémonie en voulant accaparer tout le post-bac sans en prévoir les moyens ni les capacités !

Bravo à l'UNEF et son président qui défendent l'idée qu'un individu choisisse sa formation et non celle décidée par des enseignants ou des établissements qui pensent qu'un individu est incapable de choisir et discerner ce dont il est capable. Une opposition entre orientation forcée laissant l'université choisir ses étudiants pour son propre bien, quand le président de l'UNEF plaide pour une université qui fait réussir les jeunes dans leur propres choix.

arnaud delebarre

24 septembre 2015

*Mention spéciale au président d'université, M. Sire. A l'entendre dans ce débat, on comprend qu'il y a un effet "Tirole" des inscriptions à Toulouse ! Mais certainement pas un effet "Sire" : son devoir de recherche est pitoyable quand la R&D française ne compte plus depuis longtemps sur les universités françaises tout simplement parce que la recherche demande des qualités, des capacités et des moyens qui ne sont pas nécessairement dans les universités. Et aucune évidence de s'y trouver !

Tag(s) : #Education, #Liberté, #Lorraine, #Martinet, #Recherche, #Sélection, #UNEF, #Université

Partager cet article

Repost 0