Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire d'eau en montagne

La France décide d'accueillir quelques réfugiés. A quelle vitesse et comment l'administration examinera-t-elle les demandes quand elle a besoin d'un an pour juger des regroupements familiaux ? A-t-elle l'envie et les capacités de le faire ? On peut en douter à en croire quelques histoires administratives d'eau ! Cet été, le préfet de Haute-Savoie a pris un arrêté sur les usages de l'eau dont l'article 2 indique que "les fontaines publiques en circuits ouverts doivent être arrêtées". Ainsi, au village du Tour, une fontaine alimentée depuis des années, a été coupée, surmontée d'un écriteau arborant l'arrêté, alors que l'eau provient de l'Arve, torrent voisin, et y retourne. Dans une ruelle proche dans le même village, et dans d'autres lieux du département (e.g. Notre Dame de la Gorge ou Loriaz), des fontaines n'ont pas été fermées. L'administration a-t-elle imaginé qu'une fontaine traditionnelle de montagne constituait une ponction inadmissible et quelques zélés serviteurs ont-ils cru bon de couper une fontaine alimentée par un torrent ? Un torrent est-il une consommation raisonnée d'eau ou une offense au discernement administratif sur des questions élémentaires d'arithmétique de baignoires ? Les lois administratives sont-elles supérieures aux lois de la physique et seulement pour certaines fontaines ?

arnaud delebarre

6 septembre 2015

Tag(s) : #Administration, #Chamonix, #Eau, #France, #Haute-Savoie, #Migrants, #Montagne, #Préfet, #Réfugiés

Partager cet article

Repost 0