Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

MOOC et Uber : les enseignants sont-ils les futurs chauffeurs de taxi ?

En ce jour de protestation des taxis contre Uber, un article traite de la relation entre MOOCs (Massive Open Online Course) et enseignants. Ainsi beaucoup d'entre eux s'inscriraient dans des MOOCs pour s'approprier le savoir faire de collègues. En France, les MOOCs cristallisent plutôt critiques ou indifférence, car la majorité des fonctionnaires du Ministère de l'Education Nationale et de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche préfèrent consolider leur statut ou leur métier d'enseignant traditionnel, et rejeter ces nouvelles technologies et leur modèle économique. En effet, comme dans de nombreux pays, les enseignants seraient remplacés par des cours en ligne, comme les taxis par Uber.

Des cours moins chers et reconnus

B. Gates prévoyait en 2010 que d'ici 5 ans les meilleurs cours seraient en ligne, gratuitement. Effectivement certains établissements ayant une stratégie lucide proposent un autre modèle de formation, ouvert à un public plus large et à un coût moindre, anticipant que le coût des études et la baisse des dotations causeraient la faillite de la moitié des universités aux USA dans 15 ans, voire au-delà des USA. Ainsi, P. Aebischer de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) dans sa communication du 15 juin 2015 à l'ambassade de Suisse à Paris ajoute que les métiers de recherche et d'enseignement pourraient bientôt être scindés. La recherche deviendrait inaccessible à beaucoup d'universités parce que trop onéreuse, quand du côté enseignement, l'enjeu serait plutôt à la certification et à la reconnaissance (éventuellement à l'échelle nationale) des réussites aux MOOCs.

La réussite et le plaisir des apprenants par les MOOCs

Les MOOCs sont souvent critiqués pour le taux d'assiduité décroissant des apprenants en cours de formation. Mais néanmoins, les enseignants et les établissements de formation à la Charlemagne pourraient bien perdre contre les MOOCs, comme les taxis contre Uber, car les résultats et la satisfaction des étudiants aux MOOCs sont en augmentation, selon K. Aberer de l'EPFL. Sans compter les économies que l'Etat pourraient faire en diminuant ses dotations par apprenant !

arnaud delebarre

25 juin 2015

Tag(s) : #Charlemagne, #Ecole, #Education, #Enseignants, #Etudiants, #MOOC, #Uber, #Université

Partager cet article

Repost 0