Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France ne veut pas de pauvres libres

F. Barbier, député, veut harmoniser les prix du tabac vers le haut, et précise ce 31 mai sur RTL que "les faibles revenus ont le plus fort taux de tabagisme".

L'argent, comme actionneur sociétal

L'argent devient en France le moyen privilégié d'orienter ou de déployer une politique. La France prend régulièrement des mesures inégalitaires entre individus. Selon ses revenus, on pourra ou non s'offrir un produit libre, mais déconseillé pour la santé et lourdement taxé. Selon ses revenus, on pourra craindre ou passer outre des injonctions de sécurité routière, car les amendes ont un montant indépendant des revenus et les stages de récupération de points ne sont pas indexés sur les revenus du stagiaire. Des véhicules et des logements soumis à des sécurités et assurances obligatoires et onéreuses. Une complémentaire santé parfois prise en charge partiellement par l'employeur, devient obligatoire, et amputent les revenus, en forçant des arbitrages chez les plus modestes.

"Du fric pour les riches, du flic pour les pauvres" affichaient les intermittents en 2013. Pourtant, dans le même temps, la part des prestations sociales dans le revenu des ménages augmente et frôle les 35%. Ainsi la France donne, mais veut contrôler leurs dépenses, comme celui qui concède une aumône en donnant des consignes de dépense. Les services sociaux ou l'éducation nationale s'immiscent dans la vie des défavorisés, notamment des familles monoparentales pauvres, et les soumettent à des injonctions de résultats ou d'usage de fonds. La France fait de l'argent un levier inégalitaire de soumission. Viviane Forrester avait été critiquée, souvent avec condescendance, pour son "Horreur économique" et avait récidivé avec "La dictature du profit". Même socialement protecteur, l'Etat français soumet par l'argent et inégalitairement ses nobobos.


arnaud delebarre

31 mai 2015

Tag(s) : #Humeur, #Nobobos, #Société

Partager cet article

Repost 0