Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Diversité, alumni et gouvernance dans les conseils d'écoles et d'universités

"Les membres des conseils d’administration des écoles de commerce ne reflètent pas le « Village mondial » dont leurs institutions se targuent de former les forces vives" constate un article de Harvard Business Review sur la gouvernance des business schools françaises, évoquant trois caractéristiques critiques des CA : la diversité; les alumni; la gouvernance.

La diversité produite par les alumni ?

Paradoxalement les deux premiers critères sont illustrés par un tableau qui montre l'emprise des alumni sur les conseils d'administration des 10 premiers du Shanghaï 2012. Conjuguer majorité d'alumni et diversité de composition d'un conseil d'administration est-il compatible ? Des alumni siégeant dans ces CA, ayant des profils et des réussites diversifiés, tirent leur établissement vers le haut en consolidant conjointement leur notoriété et leur réussite. Récemment J. Tirole signalait que le CA de la Toulouse School of Economics avait 13 extérieurs sur 15, sans préciser si les extérieurs étaient pour partie des alumni. Au niveau gouvernance, les alumni ou les extérieurs des CA exercent une stratégie et un contre-pouvoir, et peuvent apporter des moyens pour l'école. Par ailleurs, les associations d'alumni déplorent souvent la faible adhésion des diplômés et le manque de cotisants. Mais on voit surtout que les diplômés ont un rôle à jouer autre que de participer à des réunions d'anciens ou s'entraider, surtout si ceux qui réussissent le mieux veulent bien tenir renvoyer l'ascenseur à leur ex-établissement.

Le Conseil endogame comme gouvernance par le personnel

En revanche, le conseil d'une école d'ingénieurs interne à une université française est parfois statutairement et opérationnellement conçu comme un organe de direction et de gestion. Par exemple le CA de l'Ecole Supérieure des Sciences et Technologies de l'Ingénieur de Nancy (ESSTIN) de l'université de Lorraine a 31 membres. Il est composé statutairement majoritairement de membres du personnel (14) et d'usagers (sic) (=5 étudiants), 2 autres sièges vont à l'association des diplômés et 6 à des représentants des territoires et activités économiques. Enfin, les membres du personnel élus au CA élisent eux-mêmes 4 personnalités extérieures, souvent choisies parmi les alumni (qui, parfois, ne sont même pas candidats !). Ce CA est donc très endogame, et sans majorité d'alumni. Les débats du CA portent généralement sur des détails censés être obligatoirement validés en CA, ou sur de l'opérationnel prémâché en réunions internes qui précèdent le CA. Le Président préside avec bonhomie (pour être réélu ?) et il y a rarement hauteur de vue du fait du peu de travail fourni par les administrateurs pour ces réunions et de leur manque de réflexion sur les défis à relever. Ce qui permet de ne pas évoluer, et à une école interne moyenne de rester moyenne.

Résumé : une forte présence des alumnis au CA d'un établissement le développe, pourvu que le CA exerce un rôle distinct de la direction et que les alumni soient de qualité. En revanche, une représentation forte du personnel et des étudiants, sans diversité et avec peu d'alumni, conduit à peu d'initiatives, freine le développement, et tend à faire du CA un organe doublonnant la direction.

arnaud delebarre

9 mars 2015

Tag(s) : #Université, #Lorraine, #Alumni, #Management, #ESSTIN

Partager cet article

Repost 0