Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 De la nécessité de Houellebecq et de Cohn-Bendit (épisode II) et de Badinter

Du cultuel et du culturel

"Le voile est culturel et non cultuel" titre B. Veriter, tandis que son texte énumère, en contradiction avec son titre, les religions qui ont imposé le voile aux femmes. "Le voile n'est ni arabe ni islamique" rappelle H. Genseric sans convaincre non plus. En revanche, E. Badinter conseille d'étendre la loi interdisant le port de signes ostentatoires religieux (cas de la crèche Baby Loup) mais ajoute, dans le même texte, paradoxalement, que "le port du voile n’est pas un impératif religieux". Ailleurs, elle réfute l'argument de savoir si le "voile répond[ait] à une tradition culturelle et/ou cultuelle". Culturel ou cultuel : quelle différence, quand une culture tout autant qu'une religion peuvent oppresser des femmes et des hommes ?

La question du cultuel et du culturel est d'ailleurs revenue en force avec les crèches (encore une histoire de crèche !) de Noël des mairies de Béziers et Melun pour lesquelles deux tribunaux administratifs ont considéré qu'elles pouvaient demeurer dans ces bâtiments publics.

Soumission a-t-il le droit d'être une fiction ?

Ce jour de sortie de "Soumission" de M. Houellebecq, l'auteur se fait tancer dans le 7-9 de P. Cohen (France Inter) où chaque intervenant de la matinale aurait aimé que Houellebecq ajoutât telle ou telle considération. L'auteur se voit taxé d'irresponsabilité en citation d'une critique récente, de prospectiviste sans proposition par d'autre... M. Houellebecq finit par trouver que ces questions sont assez déplacées. C'est une réécriture qui lui est demandée comme on demanderait aux auteurs de Cendrillon de réécrire le conte en instaurant une Cendrillon refusant le mariage tant que la monarchie n'aura pas été abolie. A. Trapenard, invitant le même Houellebecq sur la même radio, a la sagesse de rappeler que "Soumission" est un livre et non un programme politique. Et puis, encore plus tard, survient l'attentat contre Charlie Hebdo. France Culture a invité O. Faure (PS) au journal de 12h30. O. Faure affirme d'abord que, contrairement à ce qu'on entend parfois, la République et la laïcité ne sont pas finies, faisant allusion à Soumission. Puis il ajoute qu'un auteur d'anticipation, même libre, peut poser des difficultés en agitant des peurs à ne pas renforcer (sic). D. Cohn-Bendit indiquait en 2012 au sujet de la publication des caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo: "la provocation : c'est taper sur ceux qui ont le pouvoir. Autant que je sache, ce ne sont pas les salafistes et les crétins dans le monde musulman qui ont le pouvoir".

On vit une époque formidable (en hommage à Reiser de Charlie Hebdo et à ce journal) !

M. Houellebecq a exprimé son rejet des religions monothéistes et dénonce la rage d'interdire. Tout autant que Daniel Cohn-Bendit est nécessaire quand il refuse la levée de l'immunité au parlement européen pour préserver le droit à dire des bêtises ou des folies et quand il s'oppose aux nationalismes européens. Encore récemment D. Cohn-Bendit a qualifié de scandale les tentatives de la Commission Européenne (et de son ineffable missi dominici, P.Moscovici, venu en Grèce en décembre pour soutenir le pouvoir en place) et de l'Allemagne pour influencer le scrutin grec (M. Schulze, le Président du parlement européen vient enfin de réagir !).

La morale Gaulienne a cédé à la bien-pensance de chiens de garde, suivie par la moralisation de l’hygiénisme et des religions, et par la pensée unique du libéralisme et de la sécurité. Heureusement parfois bravés par des Houellebecq, Cohn-Bendit ou Badinter qui restent des insoumis.

arnaud delebarre

7 janvier 2015

Tag(s) : #Audace, #Badinter, #Cohn-Bendit, #Houellebecq, #Morale, #Société, #Soumission

Partager cet article

Repost 0