Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les nobobos chez les bobos et les bonobos

M. Hirsch constatait dans "Cela devient cher d'être pauvre", le prix plus élevé de certains services et prestations pour les personnes à faibles revenus. Mais à cette inégalité, s'ajoute actuellement une croissance des dépenses contraintes. En effet, les nobobos, ceux qui ne sont pas bobos, vivent dans un monde décidé et géré par des bourgeois, bohèmes ou non, bobos ou bonobos. Et ces bobos et bonobos prennent des décisions hors des moyens du commun de la population des nobobos.

Les bobos décident pour les nobobos

Les décisionnaires bobos ont voté une loi rendant obligatoires les complémentaires de santé aux salariés. Les campagnes publicitaires des compagnies qui proposent ces complémentaires, voire des sur-complémentaires, prouvent-elles la qualité, l'imbécillité ou l'indécence de leur gestion, ou bien l'importance de ce marché quand beaucoup de français ne peuvent plus s'offrir ces assurances et arbitrent en y renonçant pour ajuster leurs dépenses à leur pouvoir d'achat ? Ces campagnes insistent sur le remboursement des soins sans évoquer les cotisations de l'employeur ou du salarié. La campagne radiophonique pour les "surcos" ADREA prouve ainsi l'estime que cette compagnie a pour ceux auxquels elle s'adresse. Vivent les imbéciles sur-assurés !

Le nobobo doit choisir ses variables d'ajustement budgétaire

Le nobobo ne peut s'offrir des produits ou des services qui lui sont imposés par les aisés, comme les mesures règlementant l'usage des automobiles ou celui du bâtiment tout autant que la santé. Les bobos et bonobos analysent leurs décisions au prisme des entreprises et des populations aisées, mais s'interrogent peu sur l'acceptabilité des mesures pour les populations nobobos. Ces derniers arbitrent alors entre les postes de leur budget, en supprimant l'usage d'un produit devenu trop onéreux. Les nobobos sont pris en tenaille entre, d'une part des revenus stagnant ou diminuant, et d'autre part, plus de dépenses contraintes ou des dépenses contraintes qui coûtent plus cher. Le travailleur pauvre est un des résultats de ce mouvement de tenaille.

Les nobobos exclus par les bobos et bonobos

Une sorte d'apartheid se profile, car l'école ne permet plus aux jeunes générations de nobobos, de se construire des destins de bobos ou bonobos par la réussite scolaire qui dépend de cours complémentaires onéreux à l'instar de l'accès aux soins dépendant des complémentaires santé.

arnaud delebarre

29 novembre 2014

Tag(s) : #Société, #Santé, #Responsabilité, #Bobos, #Nobobos

Partager cet article

Repost 0