Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lisa, son Pont des Arts et les cadenas d'amour

Une Lisa, je ne sais plus son nom, donnait une interview, je ne sais plus quand, à je ne sais plus quelle radio, à propos de sa lutte contre la prolifération des cadenas d'amour, présents sur certains ponts de Paris, comme le Pont des Arts.

Une Lisa peut en cacher une autre

De mémoire, dans cet interview, elle citait ses arguments, de pollution (la rouille générée et la Seine polluée par les clés jetées); de sécurité (ça peut faire mal si ça tombe); esthétiques (c'est pas beau); et l'amour (ce n'est pas un cadenassage), déjà exposés ici ou là. Soudain, abandonnant son discours rôdé, cette Lisa confie que le Pont des Arts a une valeur sentimentale pour elle et qu'elle accepte mal qu'il soit défiguré par rapport à ce qu'il a été pour elle. Cette Lisa était donc militante active de la sécurité, l'hygiène, l'environnement et la préservation des monuments ? Ou sentimentale ?

Un aveu touchant plus fort que tous les arguments de communication

Ce regret n'était-il pas plus touchant et fort que les arguments de sa communication utilisés avec une autre Lisa ? Il est beau d'être attaché(e) à un lieu attaché à un événement, et de s'inquiéter de sa disparition, quand on le voudrait pérenne. Des grilles chargées de cadenas ont fini par s'écrouler, et ont été remplacées par des "vitres" de plexiglas. Le Pont ne sera pas non plus comme avant. Lisa est-elle moins attristée par ce plexiglas qui vieillira peut-être mal, tagué par des coeurs et initiales, rayé ou fendu et peut-être jauni par les U.V., que par les cadenas ? J'ai pensé à Sad Lisa de Cat Stevens à qui il demande de dire pourquoi elle est si triste "Tell me what's making you sadly?". Mais Lisa au contraire est peut-être heureuse d'avoir eu la peau des cadenas d'amour.

arnaud delebarre

7 octobre 2014

Tag(s) : #Arts, #Lisa, #Cadenas, #Pont des Arts, #Paris

Partager cet article

Repost 0