Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La mort : ressources humaines et marchés dérivés

Les vieux et, donc, les morts à court terme, sont un produit actuellement prisé des campagnes de publicité et de certains professionnels. Les bien des futurs ou quasi morts font l'objet d'attentions tournées vers leur commercialisation ou leur transmission avant et après trépas, quand il ne s'agit pas de leur propre corps. La logique de ces actions commerciales se fonde sur un passage de la transmission familiale par héritage à la consommation immédiate ante-mortem ou la transmission caritative post-mortem.

Vieillir mieux doté

Dans le contexte d'une déliquescence supposée ou réelle de la transmission des biens au sein de la famille, ou bien d'une paupérisation des enfants et des familles incapable de prendre en charge leurs parents, une campagne de publicité prégnante sur le viager a occupé des supports médiatiques cet été. Une campagne pour ceux qui possèdent des biens immobiliers et souhaitant améliorer leurs revenus, compte tenu de la retraite amoindrie par des mesures de rétablissements budgétaires, tout autant que l'avarice ou la pauvreté de leurs descendants ne voulant ou ne pouvant en assumer la charge. On comprend aussi que le système de retraite imaginé par le conseil national de la résistance n'a été que trop généreux.

Mourir tout en restant actif

On entend aussi la publicité des apprentis d'Auteuil, imités par la Fondation de France et d'autres encore. Une publicité qui a cru nécessaire de faire appel à des voix connues, comme si la générosité ne pouvait pas être portée par des anonymes. La proposition est simple : transmettre ses projets au-delà de la mort sans passer pour des parents ou grands-parents indignes qui spolieraient leurs descendants. Ces campagnes sont accompagnées de celles promues par les avocats et les notaires qui rappellent combien ils sont utiles pour préparer les héritages ou les donations notamment hors de la lignée familiale naturelle et pour optimiser fiscalement des dons. En ces temps d'attaque envers les professions réglementées, un peu de démonstration d'utilité ne peut nuire.

Soigner son corps

Les vieux sont aussi l'objet des attentions des mutuelles, car indépendamment de la loi qui rend obligatoire les mutuelles pour les salariés dans peu de temps, les publicités rappellent les arbitrages à faire au sein des dépenses de santé pour des personnes âgées, alors que certaines mutuelles sont accessibles et ne contraindraient pas à ces arbitrages. Parfois aussi, on apprend dans ces réclames que les mutuelles n'acceptent pas au-delà d'un certain âge. Pourtant la loi de complémentaire obligatoire va créer le nomadisme en complémentaire santé, puisque signer un contrat d'embauche, même quand on est âgé, équivaudra à s'asservir à la mutuelle choisie par l'entreprise.

Vendre ou donner son corps

Quand on y ajoute les campagnes de publicité pour les dons d'organes ou pour se déclarer donneur, le scénario de Soleil Vert et une prochaine publicité pour commercialiser son corps comme source de protéines ne sont pas loin. Mais avant cela on peut aussi encore et toujours travailler puisqu'on apprend que des entreprises apprécient les seniors et que l'Etat va proposer des carrières plus longues et plus intéressantes aux fonctionnaires.

Vive la vie avant et après la mort !

arnaud delebarre

10 octobre 2014

Tag(s) : #Mort, #Morale, #Société, #Vieux, #Ressources Humaines

Partager cet article

Repost 0