Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Complémentaire santé : la bourse ou la liberté ?

L'Etat français prend soin de ses sujets contre leur gré pour leur plus grand bien.

Le salarié libre de ne pas choisir

La loi du 14 juin 2013 rend obligatoire une couverture complémentaire santé collective minimale dans toutes les entreprises au 1er janvier 2016. C'est bien-sûr considéré comme un grand bienfait puisque ceux qui ne sont pas couverts le deviendraient, par contrainte, et puisqu'on prétend que les salariés déjà assurés par eux-mêmes paieraient alors moins cher, étant donnée la participation de l'employeur, pouvant couvrir de 50% à 100% du coût. Pourtant un employé aurait pu préférer ne pas avoir de complémentaire santé, ce qui lui reviendrait moins cher en cotisation, et préserverait sa liberté de choix.

Par ailleurs, le Conseil d'Etat a fait valoir que les contrats collectifs obligatoires peuvent être instaurés pour couvrir des salariés d'entreprise, mais pas des fonctionnaires. Certains souhaiteraient néanmoins que l'obligation le soit aussi pour les agents du public, avec une équité de traitement entre les divers ministères et fonctions.

Les assureurs aiment cette loi

Contrairement au pharmacien de Dali qui ne cherche absolument rien (cf illustration de cet article), les compagnies d'assurance de santé auront donc convaincu l'Etat qu'il y avait trop de français qui ne s'offraient pas leurs services. Certains pensent d'ailleurs que le marché a fait preuve de favoritisme pour des compagnies liées à ceux étant à l'origine de la loi et que des partenaires sociaux feraient voter des lois pour les intérêts des compagnies qui dépendent d'eux. L'enjeu semble le valoir si l'on en croit les assureurs qui diffusent actuellement des campagnes de publicité pour convaincre les entreprises d'adopter leur complémentaire santé pour le bien de leurs salariés et de leurs entreprises.

La France est décidément adepte de cette attitude des élites qui pensent savoir ce qui est bon pour chacun et qui succombent avec légèreté aux chants des lobbyistes.

arnaud delebarre

19 septembre 2014

Tag(s) : #Société, #Entreprise, #Responsabilité, #Droit, #Dali, #Santé

Partager cet article

Repost 0