Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le coût et l'empreinte réels de la compétition sportive

L'Allemagne championne du monde battrait-elle le meilleur club du monde se demande Slate au lendemain de la finale de la coupe du monde de football ? Les joueurs réussissent-ils mieux en club qu'en sélection nationale ? Un joueur pouvait auparavant créer sa notoriété en équipe nationale pour la valoriser en club. On est maintenant souvent dans le processus inverse. Le modèle libéral du football qui semble prendre le pas sur le patriotisme sportif peut toutefois s'ensuivre du déplacement des équilibres financiers des activités sportives en internalisant des dépenses jusque là assumées par d'autres et donc renchérir les coûts supportés par les instances ou clubs sportifs.

Eviter de dépenser pour des manifestations sportives

Certaines villes et certains pays ne veulent plus porter une manifestation de type championnat du monde ou jeux olympiques. Ils candidatent et essaient de réussir à échouer pour échapper à la charge sans démériter. D'autres déclarent ne pas avoir besoin d'événements de ce type ou ne pas en avoir les moyens : récemment New-York et Paris. Des gestionnaires réalistes ont fini de croire les discours éhontés sur les bénéfices en image et en communication ou sur les équilibres des coûts en général non respectés (e.g. J.O. de Londres). Les Jeux sont un luxe de pays émergent à forte croissance ou un caprice d’autocrate mégalomane.

L'internalisation des coûts des matchs de football

L'internalisation de dépenses engendrées par les matchs commence à peser sur les équilibres financiers des clubs de football. Les différends financiers existent entre les clubs de football et les municipalités en France pour les loyers des stades. Voir par exemple l'Olympique de Marseille qui ne veut pas payer le loyer demandé par la Mairie de Marseille, tandis que d'autres loyers sont estimés trop bas par des autorités nationales. La facturation au coût réel des forces de sécurité locales ou nationales devrait aussi rendre plus réaliste le coût des rencontres sportives. Ce coût croissant semble de plus en plus difficile à équilibrer en arguant de l'exemple sportif donné à la jeunesse, de l'image positive en renommée et notoriété, ou de la simple nécessité de maintien de l'ordre public.

Le patriotisme ne suffit plus à justifier les dotations aux instances sportives

Les organisations sportives risquent de ne plus pouvoir compter sur le patriotisme des décideurs locaux ou nationaux pour contribuer aux équilibres comptables de leurs instances ou manifestations. Comme l'impact environnemental internalisé de certaines activités économiques changent le coût de produits et services, la prise en compte des coûts et bénéfices de l'empreinte sociétale des compétitions et activités sportives modifieront leurs équilibres financiers au risque de les rendre non viables. Sans compter la moralité douteuse de certains partenaires apportant des fonds qui peut dissuader les instances locales d'apporter leurs concours, même facturé au coût réel.

arnaud delebarre

22 juillet 2014

Tag(s) : #Société, #Football, #Empreinte Sociétale, #Responsabilité

Partager cet article

Repost 0