Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Créations et destructions de métiers : impact sur l'enseignement

Des études prospectives traitent des métiers qui seront créés dans quelques années tandis que d'autres se centrent sur ceux qui vont disparaître. Ainsi pour les destructions par remplacement par des robots et ordinateurs, l'étude "Le futur de l’emploi" de Carl Benedikt Frey et Michael A. Osborne attribue à 702 métiers une probabilité qu'il soit remplacé par un processus informatique. Parmi les destructions quasi certaines, on peut citer le télémarketeur et pour reprendre des préoccupations récentes françaises le facteur en tant que distributeur du courrier. Pour les nouveaux métiers, l’agence Spark&honey a retenu 20 métiers qui pourraient émerger dans un futur proche. Certains existent déjà, comme celui de conseiller en productivité, tandis que d'autres sont plus prospectifs comme le thérapeute en digital detox.

Le métier d'enseignant fait également l'objet d'attentions pour les menaces qui planent sur lui ou pour les évolutions qui risquent de le modifier substantiellement. En effet les métiers qui disparaissent ou apparaissent transforment les métiers de l'enseignement ne serait-ce que parce que l'enseignement doit pour partie professionnaliser des élèves ou étudiants vers des métiers. Mais le métier d'enseignant est lui-même à examiner dans une perspective de disparition ou au moins d'évolution.

Impact sur les programmes de formation et les compétences des enseignants

Le débat sur le rôle de la formation notamment initiale est ancien : sont-ce les "Sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur" d'Edgar Morin ou bien une formation tournée vers la professionnalisation ? Fabian Ropars s'interroge sur ce qu’aurait pensé sa conseillère d’orientation si il lui avait dit qu'il voulait devenir community manager ou ninja strategist ? Il y a ainsi un fonds à transmettre et à forger chez les écoliers, élèves et étudiants au cours de la formation, fonds qui comprend une part de compétences et d'informations centrées autour de professions relevant des souhaits des apprenants et des ouvertures du marché de l'emploi.

Les métiers de la formation : disparition ou évolution

Mais les métiers d'enseignants et de formateurs sont également impactés par diverses évolutions sociétales ou technologiques. Les MOOCs ou les écoles virtuelles comme l'ENACO changent l'exercice de transmission des savoirs y compris le rôle de ses acteurs, en quantité et en nature. Antony Lozac'h indique les menaces qui pèsent sur le métier en citant notamment que, plus que la faible attractivité (image, rémunération,...) du métier qui obèrent les recrutements, l'école à la maison qui "déscolarise" des enfants, le numérique avec l'étude TeachThought qui pense que 2028 sera un retournement de tendance sur l'existence des écoles, tout autant que le passage à une logique de marché de l'éducation. Sur ce dernier point, on pourra se souvenir des polémiques sur les MOOCs vécus comme une privatisation rampante, sur l'individualisation de la formation qui séduit toujours plus d'investisseurs privés. Pour ne prendre qu'une seule réalité statistique, l'enseignement supérieur français voit se créer entre 1998 et 2008 des formations d'ingénieurs nombreuses dans le privé quand les ministères autres que celui de l'enseignement supérieur se désengagent (cf illustration de ce billet).

Le nouveau prof ?

Dans un article récent on constatait que, en un an, on était passé d'articles intitulés "la classe était finie", à "la fin de l'école est pour demain". De même que les facteurs de La Poste vont changer de métier, les enseignants ne vont-ils pas voir également leurs fonctions transformées ? Bernard Desclaux écrit que le futur étudiant verra son rôle de décideur du design de sa propre formation prendre une très grande importance. Des services, publics et/ou privés devront répondre à une demande d’information et de conseil. L'enseignant passerait de sa fonction de dispensateur de savoirs, à celle de concepteur de parcours de formation, de coach et de validateur d'acquis. Le premier rôle devrait marquer le pas, au moins numériquement, pour aller vers le second.

arnaud delebarre

25 avril 2014

Tag(s) : #Société, #Enseignants, #Entreprise, #MOOC, #Ingénieurs

Partager cet article

Repost 0