Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La journée des droits de la femme, y compris de choisir ?

Ce samedi 8 mars, il y a floraison d'articles et de tweets et d'autres sur les discriminations à l'encontre des femmes et les écarts à la parité en milieu professionnel.

La non-parité dans certains métiers tient-elle du conditionnement ou du choix délibéré ? Les sciences et la recherche en ligne de mire.

L'analyse habituelle de l'écart à la parité des professions scientifiques a ouvert le bal avec le 27 février 2014 "Les filles, osez les sciences". Cette année pas de message de C.Haigneré sur l’équilibre filles/garçons réalisé en terminale S, ni sur "le pourcentage de jeunes femmes en école d’ingénieurs qui tombe à 17 % [1], ni son "est-ce bien raisonnable de priver la France de 50 % de ses talents ?". Pas de nouvelles analyses qui accorderaient aux femmes le choix délibéré de telles ou telles études ou professions, sans déplorer que certaines filières sont désertées par les jeunes femmes du fait de leur représentation dans la littérature scolaire. Cela fait penser aux branches industrielles ou aux entreprises qui se lamentent de voir certains diplômés les éviter et qui ne se posent aucunes questions sur leur attractivité auprès des jeunes diplômés.

L'Institut de Statistique de l'Unesco publie par grandes régions le pourcentage de chercheuses et constate une moyenne générale mondiale de 30% en résumant que "les femmes demeurent sous-représentées dans la recherche et le développement dans toutes les régions du monde". Ce score est complété par le coming out du rédacteur en Chef de Nature sur le site Discover her. Il dit avoir eu un choc quand Proceedings of the National Academy of Sciences a révélé la discrimination à l'embauche opérée envers les femmes par les universitaires des deux sexes. Il termine son publireportage en souhaitant que L’Oréal et UNESCO rencontre le succès avec le programme DiscovHER.

Dans "De graves inégalités hommes-femmes dans la recherche" (23 décembre 2013) P. Barthélémy cite deux études : l'une sur le recrutement dans la recherche qui montre une préférence des recruteurs pour des hommes à compétences égales, et la seconde sur le retard des femmes comme auteurs d'articles scientifiques. Etant entendu que le sous-recrutement de femmes comme chercheures doit peser sur leur sous-représentation comme auteures de résultats. L'article lui-même, qui fait état de cette étude bibliométrique (Bibliometrics: Global gender disparities in science) a d'ailleurs 3 hommes auteurs contre 2 femmes!

Y-a-t-il des qualités féminines pour l'exercice de certains métiers ?

Et puis, on a aussi bien évidemment l'étude gendrée sur l'exercice de telle ou telle fonction ou tel ou tel métier. Cette année, à défaut d'avoir vu le marronnier sur la façon féminine d'exercer les fonctions politiques, Cadreemploi expose les femmes managers et leurs trois qualités : elles n'hésitent pas à parler des choses qui fâchent, elles ont le sens du travail collaboratif et elles managent en proximité.

Quand d'aucuns font de grands titres sur les futurs ingénieurs managers que toutes les écoles d'ingénieurs s'empressent de vouloir former, on voit donc que les qualités managériales attribuées aux femmes pourraient rejoindre la féminisation des filières ingénieures.

arnaud delebarre

8 mars 2014

[1]. NDR : le chiffre de 17% ne semble pas exact y compris à la date où il a été cité par C.Haigneré. Voir quelques données plus pertinentes dans l'article : http://enseignementsup.blog.lemonde.fr/2013/07/18/ecoles-dingenieurs-allez-les-filles/

Tag(s) : #Femmes, #Ingénieurs, #Société

Partager cet article

Repost 0