Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La facture du football aux territoires dociles

Les bilans financiers des jeux olympiques commencent à être diffusés avec un peu plus de vérité, c'est-à-dire, sans faire croire que les dépenses sont équilibrées par des bénéfices d'image ou d'équipements.

Mieux vaut ne pas gagner

Des villes retirent leur candidature aux prochains jeux parce qu'elles ne peuvent plus avancer la facture, mais aussi parce qu'elles deviennent plus raisonnables. Une ville ou un pays qui ne postulent pas pour organiser des jeux olympiques auront une image positive, par leur sagesse de ne pas dépenser inconsidérément pour des événements exhibitionnistes aux valeurs sportives et de compétition périmées. Comme le dit l'article, il vaut mieux arriver second ! Décidément la compétition n'est plus ce qu'elle était !

Le bilan du football pour les territoires

Les clubs de foot s'étripent en France en ce moment sur le régime fiscal de Monaco ou sur l'arrosage Qatari. En revanche, on voit peu de territoires et l'Etat évaluer les coûts générés par le football, quand ils fournissent pourtant des parts de stades, des transports en commun, des services d'ordre, des services de nettoyage de voiries, une justice pour traiter les grabuges. Quelle est la refacturation ? Quel est le bilan du football pour l'Etat et les territoires sans sous-estimer les dépenses ni surestimer le prétendu bénéfice de notoriété ou l'image soi-disant éducative pour les jeunes ?

Des villes plus attractives sans football

Lyon est une ville qui a heureusement plus de personnalité que son Olympique Lyonnais. Barcelone est-elle plus connue positivement par son football ou par Gaudi et son dynamisme économique ? Même sans football, la Catalogne a de la personnalité ! Comme en matière d'environnement, les territoires devraient internaliser les coûts de leur football. Une ville qui n'investit pas et ne livre pas son nom à son football local améliore-t-elle ses comptes, son image et sa notoriété ? Lille a nommé son stade Pierre Mauroy : on ne sait pas qui est le plus insulté dans l'affaire, mais le culte du football et de la personnalité ont encore de beaux jours à venir en France.

arnaud delebarre

15 février 2014

Tag(s) : #Société, #Audace, #Droit, #Football, #Compétition

Partager cet article

Repost 0