Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui va sauver les garçons ?

J'avoue un plagiat trivial des écrits de Jean-Louis Auduc et de Caroline Eliacheff pour le titre de ce billet, par amalgame de "Sauvons les garçons" de l'un et de "Qui va s'occuper des garçons ?" de l'autre. J'ai eu l'occasion de côtoyer des dispositifs de l'enseignement envers les jeunes femmes pour les inciter aux études supérieures scientifiques (exemple Cordées de la réussite gérées par l'Ecole Supérieure des Sciences et Technologies de l'Ingénieur de Nancy - ESSTIN) et me suis souvent interrogé sur leur efficacité et leur pertinence. Certaines femmes ne choisissent pas les métiers scientifiques parce qu'elles ne veulent pas, délibérément, de ces métiers et entreprises. Et par ailleurs, les jeunes filles construisent un cursus scolaire adapté au métier choisi.

Ces incitations font parfois oublier que l'échec scolaire est l'apanage des garçons. Ainsi Caroline Eliacheff cite Baudelot et Establet qui montrent que les garçons se construisent sur des valeurs telles que l'héroïsme, la violence, la démonstration de force qui les dotent d'un arsenal antiscolaire. Jean-Louis Auduc évoque les difficultés pour les garçons à entrer dans le "métier d'élève" et ses contraintes : l’ordre donné, l’accomplissement, la validation, la correction, et la finition.

Il suggère aussi l'effort à faire pour que l’égalité et la diversité de genre garçons-filles soient une réalité parmi les enseignants permettant de mieux donner des repères identitaires aux jeunes. Caroline Eliacheff indique, de son côté que, la féminisation du corps enseignant dans le primaire et au collège prive les garçons d'identification masculine (photo d'une classe de garçons et de son enseignante à l'école Mauchaussée de Dijon à la fin des années soixante).

2 novembre 2013

arnaud delebarre

Tag(s) : #Education, #Femmes, #Société, #Garçons

Partager cet article

Repost 0