Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gestion des ressources humaines de l'Université : promouvoir ou recruter ?

Un rapport récent propose de faire bouger les fonctionnaires et évoque les freins à la mobilité. Passer de maître de conférences à professeur nécessite parfois une mobilité géographique, d'autant plus qu'un enseignant-chercheur est peu mobile thématiquement ou fonctionnellement au sein de son établissement et de son laboratoire. Cette situation est exacerbée par des turnovers faibles et des recherches par nature pointues et peu flexibles. De ce fait et compte tenu de l'âge à laquelle cette situation peut se présenter dans une carrière, le candidat peut opter pour la mobilité géographique avec parfois des acrobaties ou des sacrifices de vie familiale ou abandonner l'idée de devenir professeur. Ceci peut conduire à des démotivations et des désastres importants pour les individus comme pour l'établissement.

Le dilemme de la gestion des ressources humaines en Université réside en partie dans la position du curseur entre ne pas désespérer ses personnels et ne pas tomber dans le localisme et l'endogamie. Or les Universités ont la particularité d'utiliser une procédure de recrutement comme moyen de sélection des candidats maîtres de conférences à un poste de professeur. Les maîtres de conférences peuvent devenir professeurs au sein de la même Université, si ils postulent à un concours, où ils seront éventuellement en concurrence avec d'autres candidats, extérieurs ou internes à l'Université. On peut étendre cette constatation à d'autres catégories de personnels. Les modalités du concours ne favorisent théoriquement pas le maître de conférences interne, même méritant et reconnu dans son établissement. Arriver second au concours peut suffire pour ne pas être nommé professeur, sans être pour autant mauvais ! Albert Jacquard prônait une éducation sans compétition, quand d'autres remarquent que compétition n'est pas sélection. Un concours est-il une compétition utilisée pour sélectionner, comme les chaises musicales pour désigner les cadres à licencier dans le film de Granier-Deferre ?

Promouvoir et recruter

Dans son récent billet "Réformer le recrutement des enseignants-chercheurs", Gaïa Universitas propose des mesures dont quelques unes visent à éviter le localisme. A contrario, j'ajouterai comment faire pour favoriser le localisme d'éléments brillants et utiles à l'Université ? Gaïa Universitas indique que des profils de postes plus larges pourraient être raisonnables. Paradoxalement cette proposition conçue pour éviter le localisme, pourrait aussi favoriser des promotions locales de maîtres de conférences en professeurs à condition que cette largeur des profils de postes soient utilisables par des candidats internes pour postuler sur des profils moins pointus et que eux-même soient capables d'une certaine mobilité thématique et reconnus capables de cela.

L'industrie propose des progressions de carrière à leurs chercheurs en utilisant la diversité des métiers disponibles en son sein, notamment avec une mobilité hors de la recherche. L'Université dispose, quant à elle, de moins de métiers à proposer comme évolution à ses salariés.

3 novembre 2013

arnaud delebarre

Tag(s) : #Universités, #Enseignants, #Ressources Humaines, #Sélection

Partager cet article

Repost 0