Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boucler le budget d'une Université : ça c'est du lourd !

Un article du Figaro du 7 novembre 2013 constate une quinzaine d'universités en déficit en 2012 et une cessation de paiement en 2013. Après une motion des Universités demandant le respect du principe du décideur-payeur et la sécurisation des masses salariales; après des échanges musclés entre Ministère et quelques Universités nécessiteuses ou imprévoyantes selon l'interprétation, Jean-Loup Salzmann, Président de la Conférence des Présidents d'Université, indique dans vousnousils le 5 novembre "Il nous faudrait un milliard d'euros de plus par an",

Réduire les dépenses : une partie du chemin à parcourir

Les Universités réclament donc ce qui leur semble dû, même si certaines d'entre elles taillent, volontaires ou contraintes, dans leurs dépenses en fermant des antennes ou des formations, ou en diminuant des services. Certaines font aussi des gains de productivité avec des fusions de formations et l'utilisation de cours en ligne, tout cela ayant été finalement une incitation implicite du Ministère.

Gagner de l'argent ou périr ?

Les Universités ont du adopter, bon gré, mal gré, les responsabilités et les compétences élargies d'un "décideur payeur" qui semble surtout être un optimisateur-réducteur de dotations. Mais combien d'Universités ont anticipé ou accentué dans le même temps la collecte d'argent auprès des entreprises, des étudiants et leurs familles, de leurs diplômés, de mécènes, ou en valorisant leur service et vendant des prestations ? Certaines le font mais pas toujours de manière rentable et avec peu de retours.

Dans une dépêche du 12 juin 2013, Philippe Jamet, Président de la Conférence des Grandes Ecoles, parle d'adopter le "consentement à payer" pour ses études. Demander un milliard comme le fait le Président de la CPU pourquoi pas ? Mais à qui s'adresse cette demande ? Est-ce une prière ? Une incantation ? Cette demande serait plus crédible si un tour de table était monté pour lever une partie de ce milliard et si les Universités et la CPU collectaient des parts significatives au lieu de communiquer sur la disette avec des motions pleurnicheuses qui ne donnent pas envie au tiers de les financer.

Pour inciter à se bouger, une campagne de levée de fonds de la Royal Roads University au Canada utilise un dynamisme communicatif.

Etre autonome : ça c'est du lourd !

Des Présidents et Présidentes d'Université étaient enthousiastes à l'idée que les Universités deviennent plus autonomes. Mais certains et certaines renoncent quand il s'agit de gagner une part de leurs budgets ailleurs qu'au ministère. Les Présidents ou Présidentes de ces Universités peuvent toujours se démettre de leurs mandats si la tâche ne leur sied pas ou si les compétences leur manquent.

22 novembre 2013

arnaud delebarre

Tag(s) : #Universités, #Education, #Ingénieurs, #Société, #CPU, #CGE

Partager cet article

Repost 0