Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profs du devenir et devenir des profs

Le World Innovation Summit for Education (Photo via Alexis Vallegeas) évoque le "Redesigning Education with Technology", qui non seulement redessine l'éducation mais fait évoluer le métier des enseignants, notamment du fait des Massive Online Open Courses (MOOC). Des MOOCs, parfois caricaturés tant du point de vue de leurs vertus, que de leurs usages et efficacité, ou encore de leurs conséquences sur le métier d'enseignant. Ainsi certains découvrent la "classe à l'envers" qui suppléerait un désenchantement des MOOCs. Surtout quand ceux-ci sont mal utilisés car les formes d'enseignements ont souvent été panachées (cours magistral+travaux pratiques+travaux dirigés+projets+stages+travail personnel+évaluation) pour aboutir à une transmission efficace des connaissances et les nouvelles technologies peuvent y contribuer par une combinaison judicieuse du virtuel et du présentiel.

Peu d'enseignants connaissent ces MOOCs, comme le restitue l'interview de cet enseignant : «Mooc ? Ca s’écrit comment ? Non, jamais entendu parler.». Pourtant l'impact de ces technologies sur le devenir du métier d'enseignant existe. Philippe Silberzahn dans Le grand méchant MOOC compare "les MOOC à une version idéalisée d’un enseignement qui, s’il a jamais existé, a largement disparu". Le World Innovation Summit for Education remarque que "Education is the only form of human activity that hasn’t innovated in the last 200 years". Et Olivier Toutain indique que : "Les MOOC procurent surtout une belle opportunité de s'interroger sur la place de l'apprenant et le rôle de l'enseignant dans nos systèmes éducatifs actuels, lorsque nos étudiants nous soulignent par exemple combien ils sont demandeurs de changements pédagogiques, que les cours en amphithéâtre avec PowerPoint les ennuient et qu'ils recherchent plus d'échanges, de témoignages, de mises en action pour apprendre."

En France, outre l'ignorance, on dénote l'attentisme, le volontarisme, le doute, le corporatisme, ou la critique sur ces nouvelles technologies de l'éducation. Des gains d'efficacité et de qualité sont accessibles avec ces nouvelles diffusions de savoirs. Le rôle de l'enseignant (je ne parle pas ici de celui qui produit le cours de MOOC) va devenir, celui qui, notamment en présentiel, reformule ou permet la compréhension décisive par l'apprenant, organise une mise en pratique ou en situation, et qui valide la maîtrise des compétences et des savoirs. Du coup, l'irruption de ces technologies modifiera les rapports de l'institution de l'enseignement avec ses enseignants et ses étudiants, avec une distribution des missions de chacun modifiée. S'ajoute à cela la massification des accès aux savoirs et l'ouverture vers la formation tout au long de la vie. Sur ce dernier point, les entreprises modifieront aussi les conditions de formation et leurs relations avec les organismes de formation de leurs employés en intégrant ces nouvelles méthodes d'apprentissage, ces nouveaux contenus, et la validation des acquis.

24 octobre 2013

arnaud delebarre

Tag(s) : #Education, #MOOC, #WISE, #Enseignants

Partager cet article

Repost 0