Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Universités entre contrainte budgétaire et créativité

"La CPU [Conférence des Présidents d'Université] passe à l'offensive" titre l'article d'un blog relatif aux moyens des Universités qui mentionne la préparation d'une motion de la CPU. Les Présidents d'Université souhaitent des dotations en accord avec leurs espérances ou des promesses tenues. Ils croient pouvoir indiquer que leurs établissements ont fait des efforts et disent savoir que le pays est confronté à une sévérité budgétaire. Les Présidents réfutent leur responsabilité dans une gestion qui serait discutable, et disent qu'elles ne peuvent jouer pleinement le rôle que les Français (sic) attendent d’elles.

De l'autre côté, la Ministre a notamment souligné la prolifération des mentions (et des formations ?) au mois de mars et, plus récemment encore, a prôné l'usage du numérique pour accroître l'efficacité du système d'enseignement. Ainsi, les MOOCs amplement prônés par la Ministre ne sont-ils pas un gain potentiel de démultiplication de l'enseignement, tout comme la classe a permis à un maître de servir plusieurs écoliers au lieu d'un seul pour un précepteur ? Ces propos demandaient de manière assez évidente des gains de productivité aux Universités, même si cette terminologie industrielle n'a pas été utilisée telle quelle, ni le but formulé comme cela.

Le passage aux Responsabilités et Compétences Elargies (RCE) recèle la même astuce que la décentralisation régionale : décentralisation des compétences mais pas nécessairement des moyens dans leur totalité. N'est ce pas le job d'un Président d'Université de le savoir et de générer les efforts de productivité tout autant que de réclamer des moyens ? Qui plus est les Universités ont cherché ces dernières années à être présentes, volontairement ou sur injonction de l'Etat, sur beaucoup de fronts de l'enseignement supérieur, ce qui n'a pas toujours été source d'efficacité ni de sobriété budgétaire.

La CPU estime que les Universités ont fait des efforts d'économies et de mutualisation, et demande donc au décideur-payeur de tenir ses engagements. Dans ce contexte souvent présenté comme unanime, il est singulier de voir des Universités qui sacrifient des entités (exemple Montpellier 3) et d'autres qui avancent des projets de formation dans un contexte budgétaire restreint et contraint (exemple Rouen) ou encore se lancent dans des techniques plus sobres comme les MOOCs (exemple Bordeaux 3).

23 octobre 2013

arnaud delebarre

Tag(s) : #Universités, #MOOC, #CPU

Partager cet article

Repost 0